Les Hache, ébénistes à Grenoble

Mardi 02-10-2018 à 14:30
par Chantal Spillemaecker
Au XVIIIe siècle, la recherche de la perfection et l’esprit de création stimulés par les commandes d’une clientèle riche contribuent à la vitalité des métiers d’art. Alors que Paris demeure la capitale du bon goût, à Grenoble une dynastie d’ébénistes de talent, les Hache, occupe durant tout le siècle une place éminente dans l’artisanat régional.

 Des années 1650 jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, pendant quatre générations, ces artisans se transmettent de père en fils savoir-faire et secrets du métier, formant ainsi l’une des plus longues dynasties de l’histoire de l’ébénisterie française.
Le Musée dauphinois possède la plus grande collection de France de meubles sortant de leur atelier. Grâce à ce fonds - enrichi depuis - le musée a consacré à ces ébénistes deux expositions, en 1974 et en 1997. Il a aussi contribué à la mise en valeur de ces chefs-d’œuvre marquetés dans d’autres sites privés ou publics. Longtemps éclipsés par les ateliers parisiens, les meubles Hache connaissent aujourd’hui un regain d'intérêt de la part des collectionneurs. Mais gare aux faux…
La conférencière :
Conservateur en chef du Patrimoine au Musée dauphinois jusqu’en 2017, Chantal Spillemaecker est commissaire d’un grand nombre d’expositions et a dirigé quantité de publications sur le patrimoine régional. 
Egalement directrice du Musée Hector-Berlioz jusqu’en 2015, elle a conduit la réhabilitation de la maison natale du compositeur et conçu une programmation culturelle renouvelée chaque année.
Aujourd’hui elle prépare une nouvelle exposition « L’ivresse des sommets. Eaux-de-vie, liqueurs et autres breuvages des Alpes » qui sera présentée au Musée dauphinois à partir du printemps prochain, accompagnée d’un ouvrage.