Histoire de la musique de film

Localisation Saint-Marcellin

par Christian Lotito
60 €
Référence du cours : Z60

Ce cours se propose donc de découvrir en 6 séances comment d « Autant en emporte le vent » à nos jours on peut, en visionnant les scènes les plus marquantes, réfléchir à la façon dont ces trois discours (l'image- le dialogue- la musique) entretiennent un équilibre particulier et une synergie efficace. Il sera composé selon ce plan :

  • L'héritage hollywoodien du mélodrame romantique
  • La musique dans le cinéma français
  • Le nouvel Hollywood musical
  • Le jazz dans le nouveau cinéma des années 50 – les musiciens français de la nouvelle vague
  • Le nouveau son du cinéma ; quand l'orchestre n'est plus le seul instrument du compositeur

Jeudi de 14h à 16h

salle polyvalente du collège de Chatte

Dates : 5-déc.    12-déc.    9-janv.    16-janv.    23-janv.    30-janv.

Au début de son histoire certains compositeurs comme Stravinsky la considéraient comme du « papier peint ». Elle occupait une place décorative dans une narration principalement faite par l'image.

Depuis, le cinéma a appris a utiliser la musique et son pouvoir évocateur ou encore son rôle dynamique. De leur côté, les compositeurs ont appris à écrire autrement que pour le concert au point que composer de la musique de film est devenu un métier spécifique à part entière. Elle nait avec le XXème siècle et profite de toutes les évolutions techniques, esthétiques mais, de façon assez curieuse, alors que la musique de ce siècle est résolument moderne et parfois d'avant garde, la musique de film reste classique et tonale... Ce qui a sûrement contribué à son succès publique car elle venait combler un vide créé par les musiques trop déroutantes des compositeurs « sérieux » du XXème siècle qui eux la considéraient comme un genre musicale sans intérêt car trop passéiste.

Il existe pourtant , selon les cultures, les époques, les personnalités des compositeurs, des façons assez différentes d’accompagner ce qu'on voit à l'écran. De Max Steiner à Michel Legrand en passant par Bernard Herrmann ou Ennio Morricone. Au delà de la sensibilité particulière à chacun, il y a surtout une réflexion sur la façon dont un discours musical ne doit pas pas seulement se superposer, se calquer sur celui des images mais le prolonger, le sublimer ou parfois même se substituer à lui pour évoquer autre chose que ce que l'on voit . Ils ont ainsi créé une sorte de grammaire des sons et des intentions musicales qui prolonge ce qui au départ était simplement l'héritage de l'opéra du XIX me siècle, seul exemple alors , d'une musique associée à une histoire racontée sur scène.

Depuis on peut dire que dans un film il y a trois façons de raconter la même histoire :

  • Par l'image
  • Par les dialogues
  • Par la musique

Ce cours se propose donc de découvrir en 6 séances comment d « Autant en emporte le vent » à nos jours on peut, en visionnant les scènes les plus marquantes, réfléchir à la façon dont ces trois discours (l'image- le dialogue- la musique) entretiennent un équilibre particulier et une synergie efficace.

Il sera composé selon ce plan:

  • L'héritage hollywoodien du mélodrame romantique
  • La musique dans le cinéma français
  • Le nouvel Hollywood musical
  • Le jazz dans le nouveau cinéma des années 50 – les musiciens français de la nouvelle vague
  • Le nouveau son du cinéma ; quand l'orchestre n'est plus le seul instrument du compositeur

Année 2024/2025

hebdomadaire
Volume horaire indicatif : 7 séances de 4.00 h

La disponibilité des places est validée par les professeurs

Liste des Séances

Code Professeur(s) Jour Horaire Salle Places
Z6001 Christian Lotito Jeu 14:00 Salle Polyvalente Collège De Chatte 29 S'inscrire