• home
  • Conférences
Les conférences sont enregistrées.
Rendez vous sur la page récapitulative des liens vers les fichiers d’enregistrement pour chacune des conférences.
Vous pouvez aussi consulter la page d'archive des enregistrements de conférences.

Conférences désirées

Choisissez l'affichage des conférences désirées:

  Les Hache, ébénistes à Grenoble

Mardi 02-10-2018 à 14:30
par Chantal Spillemaecker

Au XVIIIe siècle, la recherche de la perfection et l’esprit de création stimulés par les commandes d’une clientèle riche contribuent à la vitalité des métiers d’art. Alors que Paris demeure la capitale du bon goût, à Grenoble une dynastie d’ébénistes de talent, les Hache, occupe durant tout le siècle une place éminente dans l’artisanat régional.

  "Bach et Haendel, deux géants de la musique, que tout oppose"

Mardi 16-10-2018 à 14:30
par Bernadette Lespinard

En prélude au concert des Musiciens du Louvre avec Anne-Sofie von Otter le 4 novembre en l’église Saint Jean.
Jumeaux par leur année de naissance (1685), nés dans la même région, formés par des cantors et organistes, tous deux frappés de cécité dictant leur dernière œuvre, Bach et Haendel se retrouvent presque égaux dans leur gloire posthume, discutée par leurs successeurs immédiats, donnant l’avantage à Haendel au XIXe siècle puis à Bach depuis le XXe siècle. Ces coïncidences perdent toute signification au regard de différences fondamentales. Tout oppose les deux géants de la musique animés pourtant d’une commune fascination pour la musique italienne, le Cantor cerné par les censeurs de la Thomasschule face au compositeur adulé de la haute société de Londres, l’auteur de 250 cantates d’église face à l’auteur de 40 opéras, le père de famille aux quatre fils compositeurs face au célibataire. Au contraire de Bach dont la vie s’est consumée entre Weimar, Cöthen et Leipzig, Haendel a parcouru l’Allemagne et l’Italie, parié sur Rome, Florence et Venise autant que sur Hanovre et Londres et la fortune a souri à l’audacieux. Nullement mystique comme Bach, il s’est consacré à la scène et au concert, réussissant l’exploit d’être le premier musicien à vivre de sa plume avant Mozart. Si l’un et l’autre ont en commun la capacité à s’assimiler les styles étrangers, la fécondité de l’imagination, une inépuisable éloquence et la passion de la vie, Haendel plus conservateur sur le plan de l’écriture a néanmoins été fils du Siècle des Lumières, tandis que Bach, creusant son sillon vers plus de modernité et de science, a voué son œuvre entier Soli Deo gloria .
La conférencière :
Bernadette Lespinard, docteur en musicologie, a enseigné l’analyse et l’histoire de la musique au CNR de Grenoble et à l’Université Lyon II, et plus récemment à l’UIAD. Les axes privilégiés de ses recherches ont été la musique d’orgue française du XXe siècle, la Chapelle royale de Versailles au XVIIIe siècle, et la musique chorale en France aux XIXe et XXe siècles. Elle a collaboré à plusieurs Dictionnaires et ouvrages collectifs en France et à l’étranger.
Dernière parution : Les Passions du chœur. La musique chorale et ses pratiques en France 1800-1950, Fayard, 2018.

  Relations France-Japon à travers l'histoire (en liaison avec l'exposition du Musée Dauphinois)

Mardi 06-11-2018 à 14:30
par Fabienne Pluchart

En lien avec l’exposition du Musée dauphinois, cette conférence porte sur la nature des relations tissées entre le Japon et l’Occident - et notamment la France - du 16e siècle au début du 20e siècle. A l’aide d’une riche iconographie vous pourrez découvrir les connexions, les influences réciproques, les ruptures, les métissages engendrés par cette histoire croisée.
La conférencière : 
Fabienne Pluchart est historienne de l’art, diplômée de l’Ecole du Louvre où elle a notamment étudié l’histoire de la peinture, et de l’université Paris-IV- Sorbonne où elle a mené des recherches sur l’histoire des collections. Elle est également guide-conférencière diplômée.
Après avoir exercé différentes fonctions dans des musées d’histoire, d’art contemporain ou d’ethnologie, elle entre en 2015 au Musée dauphinois où elle dirige le service des collections et le centre de ressources documentaires.
Elle est commissaire de l’exposition Des samouraïs au kawaii , histoire croisée du japon et de l’Occident qui est présentée au Musée dauphinois du 26 octobre 2018 au 24 juin 2019.

  Conrad Kilian - Un Grenoblois méconnu

Mardi 20-11-2018 à 14:30
par Claude Muller

Conrad Kilian, géologue grenoblois, fils de Wilfrid Kilian un autre géologue. Au cours d'une expédition en 1921, il a détecté de nombreuses nappes de pétrole au Sahara. Il ne fut pas pris au sérieux à son retour. Pendant 25 ans, il arpentera Sahara et Hoggar dans tous les sens, ramenant à chaque fois des précisions étonnantes. Il adressa des rapports détaillés au gouvernement français, et une grande carte avec des points précis à l'Académie des Sciences. Il ne rencontra que de l'indifférence ;  il gênait plutôt. Il fut retrouvé pendu dans une chambre d'une pension de famille de Grenoble. Un suicide, dira-t-on. D'autres diront qu'on l'a suicidé. Il faut dire qu'il avait fait l'objet de plusieurs tentatives d'assassinat de la part de puissances étrangères.

Le conférencier :
Claude Muller, écrivain et historien grenoblois, auteur de nombreux ouvrages. Un fidèle conférencier de l'UIAD.

  Louis Aragon et Elsa Triolet, un combat pour la liberté en Dauphiné (1942-1944)

Mardi 27-11-2018 à 14:30
par Christiane Mure-Ravaud

Engagés politiquement, Louis Aragon et Elsa Triolet ne peuvent accepter les conditions de l’armistice de juin 1940 qu’ils jugent honteuses. Leur implication dans les premiers mouvements de résistance n’a donc rien de surprenant. Mais on ignore bien souvent que leurs missions les ont amenés aussi bien à Grenoble que dans la Drôme où ils ont vécu plus de quatorze mois pendant les années noires de la Deuxième Guerre mondiale. Réfugiés dans une petite bourgade de ce département ou dans des abris de fortune, ils n’interrompent pas pour autant leur intense activité clandestine, en dépit des risques encourus. De leur asile dauphinois, ils organisent avec les seules armes de l’écriture le combat des intellectuels en zone Sud pour libérer le pays. 
C’est à cette époque troublée de notre histoire que s’attache ici l’auteure. Agrégée de lettres, elle éclaire d’un jour nouveau l’expérience vécue dans notre province par ces deux grandes figures du monde de la littérature confrontées à l’impérieuse nécessité de secouer le joug qui assujettit le peuple de France. Membre de l’Académie Delphinale et de plusieurs associations culturelles ou patrimoniales grenobloises, telles que Les Amis de Stendhal, l’AMOPA, les Écrivains dauphinois…, elle a donné bon nombre de conférences sur les écrivains de passage dans notre région. La collection Escapades littéraires en Dauphiné, qu’elle a inaugurée avec Jean-Jacques Rousseau et poursuivie avec le poète Lamartine, s’accroît aujourd’hui d’un troisième ouvrage consacré au couple mythique Aragon-Triolet exilé dans la Drôme à « une époque apocalyptique » où la mort était la rançon quotidienne du désir de liberté.

  L'albâtre de Notre-Dame de Mésage

Jeudi 29-11-2018 à 14:30
par Robert Aillaud

Au moyen âge, l’exploitation et l’usage de l’albâtre de Notre Dame de Mésage, sous le nom de « marbre du Dauphiné », avait pris une importance considérable en France et dans les pays voisins. A partir du XIVe siècle, les archives conservées sont suffisamment conséquentes pour que l’on puisse imaginer et parler de ce qu’était cette activité. Les XIVe, XVe et XVIe siècles sont les siècles de gloire de l’albâtre de Notre Dame de Mésage. Au début de l’année 2016, deux découvertes importantes sont venues éclairer d’un jour nouveau l’importance de ce matériau complètement oublié : La découverte, académique, de nombreux textes de l’époque, aux archives départementales de l’Isère, expliquant en détail la construction de l’autel royal de Charles V. Et ensuite, l’invraisemblable découverte archéologique du retable de l’autel, dans l’abbatiale de St Antoine. Ayant eu le bonheur de faire, coup sur coup, les deux trouvailles, je vais essayer de vous faire partager les joies de mes découvertes... 

  Alfons Mucha -Maître de l'Art nouveau et ami de la famille Bergès

Mardi 04-12-2018 à 14:30
par Sylvie Vincent

Si Aristide Bergès est surtout connu comme « père de la houille blanche et de l’hydroélectricité », un autre aspect de sa personnalité beaucoup moins familier est son intérêt pour l’art ancien et les arts de son époque. L’Art nouveau est ainsi à l’honneur dans sa maison établie à Lancey près de Grenoble, devenue la Maison Bergès - Musée de la Houille blanche, à travers les décors et les papiers peints qui ornent les murs, et de façon plus inattendue, plusieurs œuvres signées Alfons Mucha, artiste de renommée internationale et ami de la famille. Mucha séjourne à Lancey en 1902 et 1903. Il est alors au fait de sa gloire grâce à ses affiches, dont le style basé sur l’élégance, la préciosité et le raffinement devient bientôt l’incarnation de l’Art nouveau. 
La conférence, en lien avec l’exposition « Alfons Mucha et les Bergès : une amitié », retracera cette histoire d’amitié inattendue mais révélatrice des liens étroits entre art et industrie au début du XXe siècle et reviendra sur l’art d’Alfons Mucha. 
La conférencière :
Sylvie Vincent est conservateur en chef du patrimoine. Après des études d’histoire de l’Art et histoire économique, elle est reçue au concours d’entrée à l’Ecole du patrimoine et obtient le diplôme national d'aptitude aux fonctions de conservateur de musée. Après avoir exercé des fonctions en lien davantage avec le patrimoine, elle dirige depuis 2012 la Maison Bergès-Musée de la houille blanche à Lancey. Elle est l’auteur de nombreuses expositions dont « Alfons Mucha et les Bergès : une amitié », présentée à la Maison Bergès-Musée de la Houille blanche jusqu’au 3 février 2019. 

  L'AMP - Assistance Médicale à la Procréation

Mardi 11-12-2018 à 14:30
par Jacques Chouteau

L’Assistance Médicale à la Procréation ou AMP est l’ensemble des traitements ou techniques  mis en œuvre médicalement dans les infertilités (diminution de la fertilité) ou les stérilités (impossibilité d’avoir des enfants).  Nous exposerons les différentes techniques d’AMP qu’il est possible d’envisager pour proposer aux couples la meilleure alternative en 2018 en fonction de leur bilan d’infertilité. En France, l’AMP est régie par les lois de bioéthique et ne peut être pratiquée que dans un cadre réglementaire strict. Depuis plus de quarante ans, l’existence de techniques chirurgicales, biologiques et de traitements a permis une meilleure compréhension des processus physiopathologiques de l’infertilité et l’ouverture à l’AMP de nouvelles indications.

  L’égalité femme-homme en politique, la longue marche du XXe siècle

Jeudi 13-12-2018 à 14:30
par Brigitte Périllié

Du mouvement des suffragettes à l’instauration de la Parité femme-homme dans les assemblées élues, retour sur des personnalités marquantes féminines et féministes.
L’accession des femmes à la vie politique a été un long processus enclenché lors de la révolution française de 1789 mais vite étouffé par les révolutionnaires au pouvoir et par le code Napoléon. Des femmes de lettres et d’esprit ont tenté de relever la pente tout au long du 19e siècle mais, c’est pendant la 3e République que les mouvements ont pris un tournant déterminant. Des femmes, soutenues par des hommes éclairés, ont relevé le défi. Retour vers ces personnalités marquantes auxquelles nous devons tant. 

  Lecture à deux voix, Marie Vignon, la jouvence de Lesdiguières (en costumes d'époque)

Mardi 18-12-2018 à 14:30
par Lisette Blanc, Marcel Fakhoury

C'est à Saint-Bonnet de Champsaur que naquit en 1543, au château des Diguières, François de Bonne, futur Duc, maréchal et connétable de France par la grâce des rois Henri IV et Louis XIII. Henri IV, le Roi de la Poule-au-Pot, surnommait François de Lesdiguières "Le renard dauphinois". Lui, le guerrier quinquagénaire, avait montré de doux sentiments envers une jeune femme Marie Vignon, qui lui avait tendu une branche de gui après son entrée triomphale à Grenoble.

Les conférenciers : 
Marcel Fakhoury : écrivain, historien, dramaturge, poète Alexandrin passionné d'histoire régionale, donne régulièrement des conférences. Son livre "Le Chevalier Bayard, vérité, erreurs, rumeurs" lui a valu le trophée Mention spéciale du jury du Prix de l'Alpe. Il a reçu la Médaille d'or de Littérature en 2014 pour l'ensemble de ses œuvres. Il est correspondant de presse au Dauphiné Libéré.
Lisette Blanc : artiste peintre, lectrice, illustratrice fait revivre à travers ses œuvres et ses lectures le patrimoine et les personnages célèbres. Elle a reçu la Médaille Stendhal de la ville de Civitavecchia (Port de Rome), la Médaille d'Or illustratrice. Elle peint avec une âme de poète, les mots sont des couleurs, la musique des images et la peinture des sons avec plein de rêves. Elle est membre du C.A. de l'Association Stendhal et des Amis du Musée Stendhal.

  Les handicaps de l'enfant. Apport du diagnostic prénatal et préimplantatoire

Mardi 08-01-2019 à 14:30
par Pierre-Simon Jouk

L’ordre de grandeur de la prévalence du handicap neuro-développemental sévère de l’enfant à l’âge de 7 ans est de 1% et ce depuis que sa surveillance épidémiologique est réalisée, depuis maintenant 30 ans.
80% des causes sont anténatales. Et parmi ces causes anténatales, un peu plus de la moitié sont d’origine génétique identifiée. Un tiers des causes restent actuellement encore non identifiées.
Des efforts considérables ont été réalisés pour permettre de diagnostiquer au cours de la grossesse ces causes génétiques identifiables le plus précocement possible.
La forme la plus précoce de ce diagnostic prénatal est le diagnostic préimplantatoire, réalisé après prélèvement de 2 cellules sur un embryon de quelques dizaines de cellules obtenu par fécondation in vitro.
Nous évoquerons les améliorations récentes de ces techniques et leurs limites. Et nous nous interrogerons aussi sur le fait qu’alors que ces techniques sont largement diffusées dans la population des femmes enceintes, nous n’avons pas observé de diminution de la prévalence du handicap de l’enfant.
Le conférencier :
Pierre-Simon Jouk est professeur de génétique médicale et praticien hospitalier à l’Université Grenoble Alpes et au CHUGA.

  La médecine défensive : un avatar du principe de précaution

Mardi 15-01-2019 à 14:30
par Claude Racinet

Introduit dans le droit français par la loi Barnier de 1995, le principe de précaution a été inscrit dans la constitution en 2005. Les affaires du sang contaminé et de la vache folle ont marqué une extension de ce principe à la santé publique. Depuis, il a notamment été évoqué dans les jugements à plusieurs reprises (démontage d'antennes relais, interdiction de mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire comportant du bisphénol A,…)
Dans le domaine médical, ses conséquences sur la pratique du médecin posent problème. Selon le Conseil d’Etat, il comporterait plus de risque de déséquilibre que de facteurs favorables d'une évolution harmonieuse du partage entre le risque et la faute.
En pratique, la crainte du risque judiciaire, encore très souvent alimentée par des expertises médicales critiquables, est un des motifs principalement évoqués par les praticiens pour se réfugier dans une pratique de médecine défensive consciente ou inconsciente. 
Ce sera l’axe qui guidera le contenu de l’exposé.
L’intervenant
Claude Racinet, professeur émérite de Gynécologie-Obstétrique, a effectué toute sa carrière hospitalo-universitaire (hormis un bref mais riche passage en Savoie) à l’Hôpital Sud puis à l’Hôpital Nord du CHU de Grenoble et à l’Université Joseph Fourier. 
Depuis sa retraite hospitalo-universitaire, il a continué une activité soutenue dans le domaine de l’expertise médicale et a pris conscience que son éventuelle mauvaise qualité méthodologique est génératrice d’une réaction qualifiée de pratique médicale défensive.

  Nouvelles approches de l’agglomération de Cularo, puis Gratianopolis (IIIe s av. J.-C. – VIe s. ap. J.-C.)

Mardi 22-01-2019 à 14:30
par Jean-Pascal Jospin

Du bourg de Cularo, attesté en 43 av. J.-C., rien ou presque n’est connu, sinon qu’il dépendait du territoire des Gaulois allobroges. Et pourtant, plusieurs siècles plus tard et notamment entre 286 et 293 après J.-C., la ville est dotée par les empereurs Dioclétien et Maximien d’un rempart et devient le chef-lieu d’une nouvelle cité.
Faute de sources textuelles suffisantes, mais aussi en raison de l’absence de grandes fouilles archéologiques dans le centre ancien, les monuments, l’habitat et la trame viaire de la ville gallo-romaine restent assez mal connus. Le corpus épigraphique témoigne déjà de la présence au Haut Empire de familles importantes qui exercent des magistratures à Vienne ou dans l’empire.
À la fin de l’Antiquité, d’importants monuments religieux chrétiens et des cimetières renforcent l’impression d’un développement important de la ville qui, avant 381, prit le nom de l’empereur Gratien.
À la suite d’un important travail d’étude du mobilier archéologique collecté anciennement lors des opérations d’urbanisme dans le centre de Grenoble au début du XXe siècle, des données nouvelles apparaissent, tant pour les occupations les plus anciennes de la ville, que l’identification d’activités artisanales (tannage, poterie…).
L’analyse de l’occupation sur la rive droite de Grenoble met aussi en évidence l’existence de grands mausolées dès le Haut Empire, et encore plus dès le Bas-Empire (Saint-Laurent). L’étude du mobilier céramique, comme des activités de peintures murales et de fabrication de mosaïques, témoignent de l’importance certaine de la ville antique aux Ve et VIe siècles de notre ère.

  Montmaur et l'Ecole des cadres d'Uriage : deux communautés résistantes dans les Alpes

Mardi 29-01-2019 à 14:30
par Philippe Franceschetti

Durant la Seconde Guerre mondiale, deux expériences particulières ont lieu dans les Alpes : l’Ecole des Cadres à Uriage (Isère), institution de Vichy pour former les futurs cadres des mouvements de jeunesse, et La Chaîne à Montmaur (Hautes-Alpes), association de secours aux prisonniers de guerre. Tout en assumant ces fonctions reconnues dans la France de Vichy, elles développent en leur sein des communautés dont l’état d’esprit et la stratégie débouchent sur l’idée de résistance. Menées par des chefs charismatiques (Pierre Dunoyer de Ségonzac et Antoine Mauduit) et marquées par des actions dignes d’intérêt, elles ont leur propre vision du combat à mener entre 1940 et 1945.
En développant l’histoire de ces deux communautés locales et leurs liens mutuels encore peu étudiés, nous découvrirons la complexité des parcours de résistants entre Vichy et le refus de l’occupant, et nous mesurerons l’importance de la dimension communautaire dans l’expérience résistante en France.
L'intervenant :
Philippe Franceschetti, professeur agrégé à Gap, mène depuis plusieurs années des recherches sur la Résistance. Outre des articles spécialisés, il a publié la biographie du fondateur de la Chaîne, Antoine Mauduit, une vie en résistance (Presses Universitaires de Grenoble, 2017), disponible à la fin de la conférence.

  Penser les conflits du "monde global" : théâtres de guerre, stratégies de paix

Jeudi 31-01-2019 à 14:30
par Patrick Lecomte

Face aux conflits sans issue qui prolifèrent dans le  « monde global » du XXIe siècle, quelles perspectives de paix peuvent-elles être esquissées ?
Le conférencier : Patrick Lecomte, Professeur Honoraire des Universités  (Science Politique), Vice-Président de l’Ecole de la Paix  (Grenoble).

 

Mardi 12-02-2019 à 14:30
par Conférence Reportée


  Histoire et petites histoires de la chanson française

Jeudi 14-02-2019 à 14:30
par Gilles Bouchayer

"Mes grand-mères, d'origines différentes, chantaient " le p'tit quinquin "et" j'aime Paimpol...", un grand père chantait des chansons de corps de garde, l'autre composait des pièces délicates et ma mère se pâmait dans les chansons sentimentales lorsqu'un regard est une manœuvre enchanteresse et un frôlement de main un émoi qui vous chavire .
J'ai donc été à bonne école et en ai gardé le goût. 
Je me fais un plaisir de tenter de vous le faire partager."

  Vercingétorix- "le vaincu magnifique"

Mardi 05-03-2019 à 14:30
par Henri Cazès

On ne connaît de Vercingétorix que son action en 52, grâce au témoignage de César. Et pourtant la Guerre des Gaules avait débuté 6 ans plus tôt...
Qui était Vercingétorix? Le chef gaulois assiégé à Alésia a-t-il été un commandant incompétent? Comment est-il devenu notre premier héros national?

  Des Presses Universitaires de Grenoble aux PUG : une évolution portée par des femmes !"

Jeudi 07-03-2019 à 14:30
par René Favier Avec Sylvie Bigot Et Ségolène Marbach Des Pug.

  Etat de l'environnement dans l'agglomération: atouts et défis à relever

Mardi 12-03-2019 à 14:30
par Jacques Wiart

Chacun a le droit de vivre dans un environnement sain, qui respecte sa santé, son bien-être, et plus généralement la qualité de son cadre de vie. Ce droit figure même dans la Constitution de notre pays depuis 2005. Cette conférence dressera un bilan environnemental du territoire de la métropole grenobloise, en considérant dix questions retenues comme essentielles par le conférencier. Chaque questionnement s’appuie sur un état des lieux, identifiant les problèmes et  cherchant à expliquer leurs causes, présente les politiques publiques en cours et  l’action des associations et propose des perspectives tangibles sur les voies de re-médiation possibles. Le conférencier s’appuiera sur la documentation existante, assez abondante mais fort dispersée, mais sa présentation libre et originale s’adresse à un auditoire de non spécialistes, curieux de s’informer. Bien entendu, les analyses proposées ressortent de la seule responsabilité de son auteur et n’engagent pas les collectivités ou les organismes qui seront cités.
Le conférencier :
Jacques WIART originaire du Nord de la France, arrive pour la première fois à Grenoble en 1979. Ingénieur en agriculture (Lille, 1977), Docteur de troisième cycle en écologie appliquée (Grenoble, 1983) et titulaire d’un Master en management (IAE Grenoble, 2008), il travaille depuis 1991 dans une agence publique environnementale, l'ADEME, sur des thématiques fort différentes, allant de la gestion des déchets organiques à la maîtrise de l’énergie, en passant par les transports de marchandises, les énergies renouvelables ou encore l’ingénierie financière dans la rénovation énergétique des logements. Actuellement engagé dans la gouvernance municipale sur Grenoble et membre du Réseau citoyen, il promeut une approche environnementale dans les projets urbains et  la nécessaire implication des habitants-citoyens dans l’avenir de leur quartier et de leur ville. 
Fin 2017, il a publié un livre au Editions Campus Ouvert (Meylan) sur « L’état de l’environnement dans l’agglomération grenobloise », dont les droits d’auteur sont reversés à la FRAPNA et la MNEI; la conférence du jour est basé sur le travail de cet ouvrage.

  La famille Bach : quand la mode en musique regardait vers Versailles et Venise

Jeudi 14-03-2019 à 14:30
par Bernadette Lespinard

La Tribu Bach ! Aucune famille de musiciens ne s’est illustrée au même degré que les Bach. Pendant près de deux siècles, d’Erfurt à Eisenach et jusqu’à Leipzig, quatre-vingts Bach de la dynastie ont été organistes, cantors ou maîtres de chapelle des villes de Thuringe et de Saxe, en un temps où la musique allemande calait son pas sur l’opéra de Versailles et son archet sur les concertos de Venise. Le plus illustre d’entre eux a parfois fait jouer leurs œuvres; encadrant les cantates de Johann-Sebastian, des compositions de deux cousins sont inscrites au programme du 21 mars.
La conférencière
Bernadette LESPINARD a enseigné l’histoire de la musique et l’analyse musicale au CNR de Grenoble jusqu’en 2002. Docteur en musicologie (Sorbonne) après ses études au CNSM de Paris,  elle a travaillé pour le CMBV et l’IRPMF-CNRS ; elle a collaboré à plusieurs  Encyclopédies musicales françaises et étrangères (Bordas, Fayard, Grove's, MGG) et à des ouvrages collectifs, entre autres : La vie musicale sous Vichy, Complexe, 2001; Vincent d’Indy et  son temps, Mardaga, 2006 ; Le Concours du prix de Rome (1803-1968), Symétrie, 2011 ; Villes et cultures sous l’Occupation, Armand Colin, 2012. Auteur de  " Histoire de la musique chorale en France (1800-1950)" chez Fayard.

  Les Pays-Bas : le Pays, les habitants, une autre manière de vivre.

Mardi 19-03-2019 à 14:30
par Jean-Pierre Manoury

Ayant épousé une Hollandaise, Jean Pierre MANOURY a visité et séjourné régulièrement aux Pays-Bas durant ces 50 dernières années. Il en a fait son second pays d’adoption. Il vous propose de vous emmener visiter ce pays mais aussi de faire connaissance avec ses habitants et leur manière de vivre. Un pays si proche et si différent du nôtre.

  L'univers de la tauromachie : historique, le "Mundillo" (le monde des protagonistes), et l'avenir.

Mardi 26-03-2019 à 14:30
par André Spaccarotella

Ancien DRH à l'international, passionné par la culture tauromachique, instruit par de
multiples ouvrages et ayant assisté à de nombreuses corridas (France et Espagne), je ferai un exposé sur les points suivants :
- lois, règles et codes
- calendrier taurin et places célèbres
- élevage de taureaux et chevaux
- déroulement de la corrida (classique et variantes)
- historique des "toreros" et "toros"célèbres
- patrimoine et avenir de la corrida.
Le conférencier :
Directeur des relations humaines à l'international, en Europe et aux États Unis – ayant reçu une formation universitaire de psycho-sociologue, André Spaccarotella a su garder la pratique régulière du domaine de l'art sous toutes ses formes : littérature, peinture, sculpture, musique, cinéma...et notamment de la poésie. A 20 ans, en écoutant des poèmes d'Arthur Rimbaud lus par Serge Reggiani ce fut le déclic d'une longue et fructueuse aventure poétique dont il est heureux d'assurer sa restitution personnelle par des analyses et choix d'extraits illustrés sur l’œuvre et la vie de ce météore de ma poésie française.

  Bajazet - Une tragédie de Racine à découvrir

Jeudi 28-03-2019 à 14:30
par Georges Bafaro

Une tragédie peu connue de Racine, dont la plupart des adhérents connaissent Andromaque, Phèdre, Athalie, parce que ces pièces sont fréquemment proposées par les professeurs de lycée. Bajazet en revanche est, comme Mithridate ou Iphigénie, beaucoup moins souvent abordée. Elle a pourtant de quoi retenir l'attention. Seule tragédie de Racine à échapper au cadre traditionnel de l'Antiquité gréco-romaine ou biblique, elle se déroule dans l'empire ottoman, ce qui ouvre la porte aux fantasmes caractéristiques des Européens du XVIIe au XIXe siècles. On y trouve donc des éléments dramatiques originaux : rivalités de palais, harem, favorites, eunuques, complots et muets prêts à étrangler les coupables ou soupçonnés tels. Bajazet, une bien sombre histoire de passion et d'ambition, se termine par un vrai massacre, pas moins de quatre morts ! Une tragédie à découvrir ou à redécouvrir.
Le conférencier :
Ancien professeur de Lettres en classes préparatoires littéraires et scientifiques, a été I.P.R. dans l'académie de Grenoble de 1985 à 2005. Il enseigne à l'UIAD l'orthographe et la grammaire et assure chaque année un cycle de conférences en littérature française. 

  Les hymnes nationaux des pays européens

Mardi 02-04-2019 à 14:30
par François Genton

Chanter sa patrie. Les hymnes nationaux dans l’Union Européenne et d’autres parties du monde. En de nombreuses occasions, diplomatiques, politiques, militaires, commémoratives, festives, sportives, les hymnes nationaux s’affirment comme un symbole de l’État-nation. À la différence des couleurs et du drapeau, qui marquent la présence supérieure et durable, voire permanente, de cet État-nation sur le plan visuel, l’hymne signifie le moment d’une communion quasiment charnelle, puisque par la voix il permet au corps de l’individu de se fondre dans le grand corps collectif du chant de la patrie. Quels sont les hymnes des pays membres de l’Union européenne ? Quelle est leur histoire ? Que nous disent-ils ? Leur existence représente-t-elle un obstacle pour la naissance d’un patriotisme européen lié à des symboles supranationaux ? Comment classer les hymnes ? Pour répondre à cette question, les hymnes de pays d’autres parties du monde seront aussi examinés. En s’appuyant sur des extraits représentatifs, l’exposé tentera de répondre à ces questions. Les textes seront tous traduits en français.
Le conférencier :
François Genton est né en 1955. Il a fait ses études d'allemand à Nancy, Paris, Ratisbonne et à l'ENS de Saint-Cloud. Il est professeur  à l’université Stendhal-Grenoble 3. Ses recherches actuelles portent sur la culture populaire du XVIIIème siècle à nos jours . Site : http://ilcea4.u-grenoble3.fr/fr/membres/enseignants-chercheurs/ceraac/genton-francois-120060.kjsp 

  L'Union européenne : une démocratie continentale ou une grande bureaucratie

Mardi 09-04-2019 à 14:30
par Henri Oberdorff

L’Union européenne d’aujourd’hui est déjà démocratique car elle réalise bien une Europe pour et par les citoyens européens. En revanche, il reste encore des progrès à réaliser pour qu’elle soit vraiment une Europe de citoyens européens. Elle reste souvent perçue, de manière paradoxale, à la fois démocratique dans ses principes mais aussi trop technocratique dans son fonctionnement, parfois éloignée des préoccupations concrètes des européens. A l’approche des élections européennes, il est essentiel d’analyser et de préciser la nature politique de l’Union européenne.
Le conférencier:
Henri Oberdorff, Professeur émérite de droit public de l'Université Grenoble-Alpes, directeur honoraire de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, membre du Centre d’études sur la Sécurité Internationale et les Coopérations Européennes (CESICE), président de l’Université populaire européenne de Grenoble (UPEG). Dernières publications : Droits de l’homme et libertés fondamentales, Lextenso, 6e éd. 2017 ; Libertés fondamentales et droits de l’homme, Recueil de textes français et internationaux, (avec Jacques Robert), Lextenso, 16e éd. 2018.

  Picasso et le goût de l'autre : les "Demoiselles d'Avignon", entre Espagne et Afrique.

Jeudi 11-04-2019 à 14:30
par Pierre Rouillard

Picasso lui même avait établi un lien entre des sculptures ibériques et Les Demoiselles d’Avignon (1907) tout en discutant d’une autre filiation avec l’art « nègre » (pour reprendre l’expression de l’époque). Cette position est tout à la fois admise et partagée, mais aussi un point de débat depuis la fin des années 1930. Il convient alors de préciser les rencontres de Picasso, leur moment et l’ambiance intellectuelle dans les années 1900-1907. 
D’un côté, il y a le Louvre avec des sculptures ibériques qui sont au centre des discussions sur les sources des trois femmes situées à gauche des Demoiselles d’Avignon, et de l’autre le musée du Trocadero avec des objets africains que Picasso découvre au moment de la réalisation des Demoiselles d’Avignon. Archéologues et artistes (Picasso, mais aussi Derain et d’autres) appréhendaient des œuvres en rupture avec les œuvres classiques. 
Ce dossier participe de plusieurs débats, sur la place de la dissymétrie, sur la simplification des traits et la rupture avec le classicisme. Picasso s’approprie des expressions pour recréer lui même le cours de la création, en piochant dans l’art ibérique et l’art nègre, et nous pouvons alors parler avec Pierre Daix d’un « syncrétisme primitiviste ».   

  Musique et psychanalyse : R. Wagner, G. Mahler, Th. W. Adorno, R. Barthes...

Mardi 30-04-2019 à 14:30
par Serge Coste

  Correspondance, téléphone et télégraphie pendant la Grande Guerre. Quels témoignages, quels non-dits?

Mardi 07-05-2019 à 14:30
par Philippe Dubreuil

En préparant le roman Le cahier de l’absence dont je parlerai brièvement à la fin de cette conférence, j’ai découvert le rôle essentiel pendant la Grande Guerre des services postaux civils et militaires tant au plan logistique que social et humain. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que le Gouvernement de l’époque et l’Etat-Major militaire, ont encouragé les échanges de correspondance entre les soldats et leurs proches et contrôlé de près cette Administration. Quelle contribution ces échanges ont apporté à la victoire finale et de quelle l’évolution sociale de notre pays sont-ils porteur, notamment quant au rôle déterminant qu’y ont joué les femmes ?

Le conférencier :
Ancien cadre supérieur dans l’industrie (organisation, management, logistique) en France et à l’étranger. 
A la retraite, j’ai repris des études de lettres classiques conclues par une thèse de doctorat « Les injures dans la littérature latine, étude linguistique, littéraire et anthropologique » publiée en février 2013 chez L’Harmattan sous le titre Le marché aux injures à Rome, injures et insultes dans la littérature latine (disponible en librairie).
Membre du VECT, unité de recherche littéraire de l’UPVD Perpignan je participe à différents colloques et conférences dans des associations culturelles dont les Universités inter-âges …. Par ailleurs j’écris des nouvelles, des petites comédies, des textes d’émotion et un roman Le cahier de l’absence 09/1914 – 11/1918 (Iggybook distribué par Hachette et disponible en librairie).

  La bio impression de la peau humaine

Jeudi 09-05-2019 à 14:30
par Walid Rachidi

  De la découverte de Cro-Magnon à l'invention de Homo sapiens : 150 ans de recherche et autant de portraits de l'humanité fossile

Mardi 14-05-2019 à 14:30
par Jean Jacques Millet

De la découvertes de Cro-Magnon à l'invention de Homo sapiens : 150 ans de recherche et autant de portraits de l'humanité fossile
Découvert en 1868, l'homme de Cro-magnon se retrouve poussé après Neandertal, 1856, sur le devant de la saine Vézère. Depuis, 150 ans se sont écoulés et notre vision du dernier représentant du genre Homo a bien changé. Cette conférence vous invite à découvrir les chemins scientifiques parcourus avec quelques nouveautés, depuis la découverte des premiers Homo sapiens jusqu'à leur installation en dehors de cette Afrique originelle.

  Lire Montherlant aujourd'hui

Mardi 21-05-2019 à 14:30
par Jean François Domenget

Montherlant (1895-1972) a été un écrivain célèbre jusqu’à sa mort. Mais à la gloire a succédé l’oubli. Il est donc difficile de plaider aujourd’hui en faveur de Montherlant. On essaiera pourtant de montrer que cet écrivain peut encore intéresser le lecteur. Ses romans en particulier méritent qu’on les ouvre à nouveau : ils surprendront par la variété des sujets, des tons, des techniques, du style.
Le conférencier
Jean-François Domenget, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, agrégé des lettres, docteur ès lettres, est un spécialiste des écrivains français de l’entre-deux-guerres –  Bernanos, Delteil, Drieu la Rochelle, Herbart, Mauriac, Morand, etc. – sur lesquels il a publié des articles. 
Il a surtout travaillé sur Montherlant : il a été l’un des organisateurs du premier colloque universitaire consacré à Montherlant (Montherlant aujourd’hui, en Sorbonne, 27-30 janvier 1995), il a coordonné le numéro 21, juin 1996, de la revue Roman 20-50 (Université de Lille III) sur Les Jeunes Filles, il est l’auteur de Montherlant critique, Genève, Droz, 2003. 

  Emotions en politique- Des politiques sur le divan

Jeudi 23-05-2019 à 14:30
par Alain Faure

  Mission en milieu polaire : regard de femme scientifique en Antarctique

Mardi 28-05-2019 à 14:30
par Nathalie Cotte

Les scientifiques parcourent inlassablement les six continents pour observer et comprendre notre environnement : climat, catastrophes naturelles, biodiversité, ressources diverses... Autant de sujets qui fascinent les chercheurs et les poussent à explorer les lieux les plus reculés de notre planète.
Nathalie Cotte, géophysicienne au CNRS, a eu l’occasion d’effectuer en 2017-2018 une mission scientifique de 2 mois dans le cadre de l’observatoire sismologique dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises. Elle est intervenue au cœur du continent Antarctique dans la base Concordia, à 1500km du pôle Sud, et également dans la base Dumont d’Urville en Terre Adélie. Travailler en altitude, au froid (parfois -55°C), dans un environnement isolé et sous le jour polaire, telles sont les conditions extrêmes auxquelles elle a dû s’adapter.
La conférencière :
Ingénieur de recherche – Directrice-adjointe de l’ISTerre (Institut des Sciences de la Terre de Grenoble)
CNRS –UGA
Université Grenoble Alpes
Nathalie Cotte vous propose une présentation sur le thème : « Regard de femme sur les missions en milieu polaire » pour comprendre les enjeux et les conditions de ces aventures humaines et scientifiques dans un des milieux les plus hostiles de notre planète, l’Antarctique.