• home
  • Conférences
La programmation du premier semestre des Conférences de tous les savoirs 2021/22 est consultable ci après.
La première conférence aura lieu le mardi 5.10 à l’auditorium Champon.

Les conférences se dérouleront en présentiel
  • - les mardi de 14h30 à 16h30 à l’auditorium Champon (ex Canopé), 11 av du Gal Champon à Grenoble,
  • - un jeudi sur deux à 14h30 à l’IUT2, Place Doyen Gosse à Grenoble face à l’église du Sacré Coeur).
Pour assister à une conférence, il faut être adhérent à l'UIAD (65€) et avoir choisi les conférences (32€ pour l’année) ou être inscrit à un autre cours et bénéficier de 3 entrées gratuites pour assister à une conférence.
Il n’est pas possible de les prendre « à l'unité ».
Les conférences sont enregistrées.
Rendez vous sur la page récapitulative des liens vers les fichiers d’enregistrement pour chacune des conférences.
Les diaporamas de certaines conférences sont disponibles, mais pour l’instant, nous ne pouvons enregistrer toutes les conférences. Pour accéder à ces supports de présentation, cliquez ICI.

Conférences désirées

Choisissez l'affichage des conférences désirées:

  L’aventure du corps. La communication corporelle, une voie vers l'émancipation

Jeudi 21-10-2021 à 14:30
par Fabienne Martin-Juchat/Pug

Pour cette conférence, exceptionnellement, les inscriptions sur le site ne seront pas nécessaires. Il vous suffira de vous présenter suffisamment à l’avance, munis de votre Pass sanitaire, de votre carte d’adhérent UIAD et d’un masque.
Notre corps est une aventure. Femme, homme, autres, chacun de nous la vit intensément, et elle nous arrime au monde.
Fabienne Martin Juchat fait ici la synthèse de trente ans de recherches en communication non verbale et en anthropologie du corps et des émotions. Elle reprend les principales questions contemporaines relatives au corps : la santé et la maladie, les médecines conventionnelles et non conventionnelles, la sensualité et la sexualité, le travail émotionnel, ou encore l’impact sur le corps du développement des technologies.
La communication corporelle entre les êtres mobilise des pratiques essentielles qui engagent le mouvement et le toucher. La crise sanitaire de la Covid 19 a perturbé brusquement notre socialité reposant sur la proximité avec autrui, et semble menacer cette dernière. Comment pouvons-nous réinventer des pratiques pour préserver la construction harmonieuse de notre identité, de nos liens 
Le questionnement de Fabienne Martin Juchat interroge jusqu’au nouveau culte voué au «dieu corps» par les puissances du capitalisme. Comment, aujourd’hui, accorder au corps ce qui lui est nécessaire, sans s’enfermer dans un nouveau narcissisme?
La conférencière :
Fabienne Martin Juchat est anthropologue de la communication corporelle et émotionnelle, docteure en sciences du langage et professeure en sciences de l’information et de la communication à l’Université Grenoble Alpes.

  Synchrotron de Grenoble et patrimoine culturel : le futur de notre passé

Mardi 09-11-2021 à 14:30
par Camille Berruyer

Le synchrotron de Grenoble (ESRF) est un accélérateur de particules produisant ce que l’on appelle le « faisceau synchrotron ». Ce faisceau de rayons X est à la base de nombreuses techniques scientifiques utilisées dans des domaines de recherche très variés. Ces techniques, à la pointe de la technologie, intéressent les acteurs de notre patrimoine culturel. Des projets de recherches se sont donc créés au fil du temps autour de la paléontologie, de l’archéologie, de l’égyptologie ou encore de l’art. Une ancienne doctorante de l’ESRF - fraîchement diplômée - vous propose de découvrir les possibilités offerte par le synchrotron dans le domaine du patrimoine culturel.
La conférencière : 
Après un diplôme de régisseur lumière dans le spectacle vivant, Camille Berruyer se tourne vers l’archéologie. Elle effectue une Licence 3 « Métiers de l’archéologie » à l’Université de Valencienne et du Hainaut Cambrésis, suivie d’un Master 1 d’Histoire à l’Université Jean Moulin Lyon III et d’un Master 2 « Archéologie, Sciences pour l’archéologie » à l’université Lumière Lyon II. Elle achèvera sa thèse intitulée : « Contribution de l’imagerie à rayonnement X synchrotron à l’étude de la momification animale en Egypte antique, étude archéozoologique de momies de crocodiles (époque ptolémaïque et romaine) » en 2021.

  Quelle place pour le numérique dans l’anthropocène ?

Mardi 16-11-2021 à 14:30
par Jacques Combaz

Après quelques rappels sur les enjeux environnementaux globaux de l'anthropocène, nous proposons de questionner la place du numérique dans la crise environnementale actuelle. Quels sont les impacts environnementaux du numérique ? Une convergence entre transition numérique et transition écologique est-elle possible ? Est-elle pertinente ? Les réflexions seront éclairées par la présentation des grandes tendances historiques et des dynamiques à l'œuvre.
Le conférencier :
Ingénieur de recherche CNRS au laboratoire Verimag et membre du groupement de services EcoInfo.

  La forêt face aux changements climatiques

Jeudi 18-11-2021 à 14:30
par Bernard Perticoz

La forêt française, qui occupe actuellement 30% de la surface de la métropole, a prospéré depuis la fin de la dernière glaciation, en fonction des conditions écologiques (climat, pédologie… ), et bien sûr en fonction des interventions humaines.
Cette forêt est, depuis la fin du XX° siècle,  confrontée à un changement climatique majeur (températures, précipitations, ouragans…).
Les forestiers ont constaté déjà les premiers effets sur la forêt et commencent à apporter des réponses.
Différents scénarii se mettent en place et laissent entrevoir la forêt de l'an 2100 qui sera certainement très différente de celle de l'an 2000, mais qui devra toujours  répondre aux différents rôles qui lui sont dévolus : économique, écologique et social
Le conférencier :
Début de carrière à l'ONF (Office National des Forêts) sur le terrain dans l'Ain comme forestier de terrain (1977-1983)
Ensuite technicien formateur au CNFF de l'ONF à Velaine en Haye, près de Nancy (Centre National de Formation Forestière). 1983 -1991
En 1991: Responsable des Divisions du Trièves et Vercors 
De 1997 à 2001 : responsable des ventes de bois de la Région Rhône Alpes
De 2001 à 2006 : responsable de la division Chartreuse et de la commercialisation des bois en Isère
De 2006 à 2009 : chargé de la formation professionnelle continue de la Région ONF Rhône-Alpes

  L’Université de Grenoble au Musée. Le pôle santé de Grenoble : un top modèle

Mardi 30-11-2021 à 14:30
par Jean-Jacques Sotto Et L'agrus

Destinée à être une ville de garnison assujettie, Grenoble la rebelle, a fait basculer son destin vers une Métropole internationale avec la santé comme un de ses plus beaux fleurons.
C’est l’histoire du basculement d’une ville de garnison, vers une cité à l’avant-garde des progrès scientifiques, technologiques, sociaux et culturels. Les vertus de sa population, sa détermination confinant à la rébellion, sa créativité et son ouverture sur le monde extérieur, l’ont conduite à une métropole moderne de renommée internationale. Son Université, l’une des plus ancienne de France, créée en 1339, a suivi le même parcours chaotique, mais son rayonnement depuis la fin du 19ème siècle, a considérablement influencé l’essor de la ville et des entreprises de l’agglomération. Aujourd’hui, elle est reconnue comme l’une des meilleures universités mondiales. La médecine et la pharmacie ont eu une embellie plus récente, mais elles ont eu le mérite de générer un pôle santé d’excellence qui a su s’intégrer en un demi-siècle dans les forces vives de la Métropole.

Déroulement de la séance de deux heures : 
Conférence : Le destin partagé de Grenoble, son Université et son Pôle Santé, Une histoire de combats, de rebellions et d’innovations vers une Métropole internationale par Jean-Jacques SOTTO, Professeur honoraire UGA / CHUGA Durée : 45 minutes.
Elle est suivie de trois courtes présentations de 15 minutes à titre d’exemples d’axes de développement d’excellence.
- Place de l’anatomie dans l’évolution de la chirurgie, par Jean-François Dyon, Professeur honoraire UGA / CHUGA. Dans le cadre de l’exposition du Musée des sciences médicales « Cousu main », La chirurgie à l’hôpital de Grenoble, du scalpel au robot.
- Imagerie médicale et informatique, par Jean-François Le Bas, Professeur honoraire UGA / CHUGA. La révolution scientifique et technologique
- Le Pôle couple- enfant, par Michel Bost, Professeur honoraire UGA / CHUGA. Un ensemble original de disciplines coordonnées
Questions, discussion : 30 minutes

  Victor Hugo 1 : Poésie « Les Contemplations »

Jeudi 02-12-2021 à 14:30
par Georges Bafaro

  Les Alpes, des hommes et des bêtes : Préhistoire, anthropologie et environnement dans les Alpes du Nord

Mardi 07-12-2021 à 14:30
par Jean Jacques Millet, Pierre Bintz, Christophe Griggo

  Écrans plats, les imageurs d’aujourd’hui, leurs concepts photoniques (led, gled ,lcd,oled….)

Mardi 14-12-2021 à 14:30
par André Chenevas-Paule

En moins de deux décennies, les écrans plats sont devenus nos compagnons de tous les jours, voire de tous les instants (pour certains) ! Leur marché fortement lié au numérique dépasse 200 milliards de dollars aujourd’hui ! Ils sont l’interface de nombre de nos activités ; pilotage de véhicules, conception, simulation, apprentissages divers, jeux, loisirs créatifs cinéphilie, smartphones et autres montres connectées, réalité augmentée, réalité virtuelle… Mais quelle sont les fonctions et les structures de ces systèmes champions de l’illusion et du trompe l’œil, comment sont-ils conçus et fabriqués ? Comment s’adaptent-ils subtilement à la physiologie de notre vision ? Nous devons d’abord comprendre le potentiel de perception de notre système de vision en termes de : résolution, cadence, espace chromatique, dynamique, pour le mettre en regard des caractéristiques de ces nouveaux systèmes de visualisation. Partant des concepts photoniques qui les sous-tendent, nous décrirons ensuite les produits actuels et futurs (TFTLCD AMOLED, QLED, mini LED, micro LED…). Nous aborderons aussi brièvement, en mode prospectif, les interactions cerveau/écrans dans l’apprentissage et dans la compréhension de certaines particularités de notre système de vision à la base des illusions d’optique.
Le conférencier :
André Chenevas Paule est Ingénieur LETI CEA.

  Histoire de la connaissance des organismes et écosystèmes marins. REPORTEE

Jeudi 16-12-2021 à 14:30
par Dominique Séna

Conférence reportée

Pour les anciens dont Pline se fait l’interprète comme pour les hommes du Moyen-Âge, l’espace marin est peuplé de créatures étranges et terrifiantes que l’on ne distingue guère des vrais animaux. L’occident prend son élan dans la conquête et la connaissance du milieu marin à la Renaissance et au siècle des lumières.   
Cependant, l’étude scientifique de la vie dans les milieux marins et du fonctionnement de la machine océanique n’apparaîtra qu’à la fin du 19e siècle. 
Il vous est proposé un voyage dans le temps et dans les espaces marins avec les premiers naturalistes et navigateurs à la surface des océans jusqu’aux biologistes marins et océanographes d’aujourd’hui qui explorent les fonds les plus éloignés de la surface et étudient les organismes infiniment petits mais essentiel au maintien de la vie marine. Le 21e siècle apparaît marqué par l’émerveillement devant la biodiversité marine et par l’urgence de mieux la connaître et la protéger pour tenter de la conserver. 
La conférencière :
D. Séna pratique la plongée et la photographie sous-marines depuis de nombreuses années en Méditerranée et en Atlantique, mais aussi aux Caraïbes et dans l’Indo - Pacifique. 
Licenciée et cadre dirigeante depuis plusieurs années à la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins FFESSM, elle est formateur biologie FB1, active au sein du comité départemental Isère. Dans ce cadre, elle intervient régulièrement dans le cursus de formation à la biologie marine des plongeurs loisirs, sur les différents embranchements marins et les rapports des organismes marins entre eux et avec leurs milieux.  

  Champollion, un génie pédagogue

Mardi 04-01-2022 à 14:30
par Karine Madrigal

Cette année, nous fêtons le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. C’est l’occasion de revenir sur le parcours du déchiffreur et sur sa méthode de recherche pour arriver à percer le mystère de l’écriture des anciens Égyptiens. Mais il faut aussi profiter de cette occasion pour mettre en lumière d’autres aspects de la personnalité de Jean-François Champollion et montrer qu’au-delà du savant qui a fait parler la civilisation égyptienne, il y avait également un pédagogue.
La conférence se propose, au travers de quelques exemples puisés notamment dans les archives familiales, de montrer que Champollion n’était pas qu’un savant. Il avait aussi à cœur de transmettre ces connaissances à ses confrères et de les rendre accessibles à un plus large public.
La conférencière :
Karine Madrigal est égyptologue, professeur à l’UIAD et chargée de l’inventaire et de l’étude des archives Champollion.

  Les SAMU : histoires locales et nationale de la prise en charge des urgences en France

Mardi 11-01-2022 à 14:30
par Charles-Antoine Wanecq

Si René Coirier a donné son nom au pavillon dans lequel est installé le SAMU de Grenoble, rares sont ceux qui savent qui il est. La conférence présentera l’action de ce fonctionnaire du ministère de la Santé qui, pendant quarante ans, des années 1940 aux années 1980, a élaboré une politique de l’urgence médicale, en tissant des liens entre médecins, administrateurs, associations, hommes et femmes politiques, sur l’ensemble du territoire français. Plus largement, en se fondant sur les résultats d’une recherche doctorale en histoire contemporaine, il s’agira de réinscrire cette politique publique dans les contextes savant, institutionnel et politique dans lesquels la notion d’urgence a été forgée depuis la Première Guerre mondiale. On montrera que le corps médical, en stabilisant les savoirs sur la réanimation, a progressivement imposé une lecture sanitaire de l’urgence, revendiquant alors la maîtrise et la gestion du temps face aux forces de l’ordre qui en étaient traditionnellement chargées.

Le conférencier :
Charles-Antoine Wanecq est docteur en histoire contemporaine de l'IEP de Paris et chercheur associé au Centre d'Histoire de Sciences Po. Il travaille sur l'histoire de la santé publique. Agrégé d'histoire, il enseigne dans le secondaire dans l'académie de Grenoble.

  Victor Hugo 2 : Waterloo dans « Les Misérables »

Jeudi 13-01-2022 à 14:30
par Georges Bafaro

  Que cherche donc Dostoïevski entre peuple russe, Christ et démons ? Une vie, un polémiste dans son temps, une œuvre.

Mardi 18-01-2022 à 14:30
par Philippe Comte

L’introduction sera consacrée aux dates-clés de la vie de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski, celles qui ont profondément influencé son œuvre. 
Une brève première partie dira le polémiste, la plume très impliquée dans les débats de son temps dans un « Journal d’un écrivain », écrit de 1873 à 1881, où son auteur devient de facto l’un des fondateurs de l’idéologie de « l’enracinement dans la terre ». L’ancien et très jeune socialiste utopiste puis matérialiste (d’avant 1849)  aura fait alors la paix avec l’autocratie, et mettra sa notoriété au service de la triade officielle « Orthodoxie, autocratie, génie populaire ». En quelque sorte cette partie pourrait s’appeler « Dostoïevski dans son temps ».
Puis on abordera les multiples facettes d’une œuvre protéiforme qui se déploie de 1846 à 1881, donc dans deux Russies différentes, celle de Nicolas 1er, qui évolue à bas bruit sous surveillance, et la bouillonnante Russie des années des grandes réformes d’Alexandre II 1861-1866. On décrira les grands thèmes, les grandes questions qui la traversent, celles-là même qui hantèrent l’auteur sa vie durant : la nature du mal, l’homme déchiré entre bien et mal, l’amour salvateur, la beauté du Christ, « qui sauvera le monde », le chaos dans les têtes, dans les cœurs, dans la société, le peuple russe «
théophore » (et donc croire, c’est revenir au peuple), le relativisme éthique des révolutionnaires (populistes, anarchistes, terroristes), le socialisme-fourmilière.
Et pour finir, on analysera un court extrait d’une œuvre, entrant ainsi dans le laboratoire de l’écrivain. 
Ensuite viendra le temps des questions, qui permettront de compléter et d’affiner le propos.
Le conférencier :
- Docteur en Études Slaves de l’Université Paris Sorbonne
- Maître de conférences honoraire de langue et civilisations russes à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
- Directeur du Département des langues de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
- Rédacteur en chef adjoint de La Revue Russe, revue de l’association Française des Russisants
- Vice président de l’Association Française des Russisants

  Le génie des oiseaux

Mardi 25-01-2022 à 14:30
par Dominique Aubert-Marson

Dans nos sociétés, durant longtemps, l’oiseau avait pour image d’être un animal stupide à l’œil rond et étonné. Mais depuis deux décennies, cette image a évolué car les scientifiques ont montré, en milieu naturel ou en laboratoire, que de nombreuses espèces d’oiseaux avaient des comportements mentaux comparables à ceux des primates. Le cerveau antérieur des oiseaux abrite beaucoup de neurones disséminés dans tout le cerveau contrairement aux mammifères où ceux-ci sont organisés en couches.
Certaines espèces d’oiseaux (corvidés, pies, perroquets, geais…) sont capables de fabriquer pour certains des outils, de mentir, de ruser, de se souvenir des espaces, des caches de nourriture ou des fleurs riches en nectar, de planifier ou encore de réussir le test du miroir. Les oiseaux sont donc des créatures étonnamment intelligentes !

  Le journalisme d’investigation : une méthodologie, des sources, du temps et des moyens. Quelle place dans les médias aujourd’hui ?

Jeudi 27-01-2022 à 14:30
par Jean-Pierre Souchon

Panama Papers, Clearstream, révélations d’Edward Snowden, l’affaire Karachi, le scandale de l'amiante ou celui du Watergate, l'affaire du sang contaminé, l'affaire Cahuzac… autant d’exemples d’affaires qui ont explosé grâce au travail de journalistes d’investigation. Au sein des rédactions, le journalisme d'enquête reste pourtant encore très confidentiel, problème de temps et de moyens notamment. Il a été longtemps l'apanage de la presse écrite et a dû trouver sa place face à l’hégémonie du journalisme politique. Il a fallu attendre la fin du XIXesiècle et le résultat de l'influence anglo-saxonne avec le modèle du reportage pour qu'il s'installe dans les rédactions en France. 
Il est intéressant de s’interroger sur ce qu’est aujourd'hui cette forme de journalisme, ses méthodes de travail et sa place dans les rédactions. En abordant l'avènement des nouvelles technologies, du numérique, l'impact des réseaux sociaux et des chaînes en continu sur le journalisme d'investigation et en se posant la question de la "scénarisation“ et de la ”spectacularisation" de l'information influencée par la bataille du scoop et de l’audimat au détriment d'un journalisme approfondi.
Le conférencier :
Journaliste, rédacteur en chef adjoint chargé des opérations spéciales et des événements du Dauphiné Libéré de 1993 à 1995.
Directeur départemental et responsable des Editions Sud-Isère du Dauphiné Libéré à Grenoble de 1995 à 2003.
Rédacteur en chef adjoint et chef du projet de la nouvelle formule du Dauphiné Libéré de 2003 à 2005.
Rédacteur en chef du Dauphiné Libéré de 2005 à 2018.
Enseignant à l’UIAD.

  Victor Hugo 3 : Théâtre « Ruy Blas »

Mardi 01-02-2022 à 14:30
par Georges Bafaro

  Capital santé et condition physique / Covid 19 : Et si le meilleur vaccin contre les formes graves était notre condition physique ? REPORTEE AU 24/03

Mardi 08-02-2022 à 14:30
par Daniel Mercier

REPORTEE AU 24/03

Il est reconnu depuis longtemps que la pratique de l’activité physique est bénéfique pour la santé. Dans les faits c’est vrai, et pas tout à fait vrai. En se servant de l’analogie concernant la nutrition : Manger c’est bon pour la survie et Manger sainement c’est bon pour la Santé. Par analogie, et les études scientifiques le démontrent, on peut dire que : Bouger, c’est bon pour la survie, bien Bouger, c’est bon pour la Santé. Bien Bouger c’est améliorer sa condition physique aérobie, ses METs, et améliorer ses METs, c’est améliorer son Capital Santé, son immunité (Pr François Carré, cardiologue) https://www.youtube.com/watch?v=GQ5QkeJx1Sc&t=9s. De plus une étude récente publiée par la clinique Mayo aux États-Unis (Janvier 2021) démontre que les patients ayant une faible capacité aérobie en METs (6,7 METs et -) sont plus souvent hospitalisés que les patients ayant une bonne capacité aérobie (8,0 METs et +). Dans le domaine de la Santé on a tendance à faire des analyses pour diagnostiquer la maladie (pression artérielle, cholestérol, Covid 19, etc.), il peut être intéressant d’également diagnostiquer le Capital Santé. Pour la Covid 19 : TESTER – TRAÇER – ISOLER Pour la Capital Santé : ÉVALUER – IDENTIFIER – AMÉLIORER - ÉVALUER le Capital Santé, les METS - IDENTIFIER les personnes fragiles - AMÉLIORER les METs des personnes fragiles.