• home
  • Conférences
Les conférences sont enregistrées.
Rendez vous sur la page récapitulative des liens vers les fichiers d’enregistrement pour chacune des conférences.
Vous pouvez aussi consulter la page d'archive des enregistrements de conférences.

Conférences désirées

Choisissez l'affichage des conférences désirées:

  A propos du concert Les Petites Noces de Figaro

Mardi 01-10-2019 à 14:30
par Geneviève Staley-Bois

Les Musiciens du Louvre joueront Petites Noces de Figaro le 11 octobre prochain à Olivier Messiaen : une version concentrée des Noces de Figaro de WA Mozart d’après un livret de  Lorenzo Da Ponte .
Dans cette petite forme, vous entendrez deux chanteurs : la soprano Judith Fa et le baryton Laurent Deleuil accompagnés par un quatuor à cordes.
Ces deux solistes racontent l’intrigue et se coulent dans les rôles de Suzanne, de la Comtesse et de Chérubin  d’une part, de Figaro et du Comte Almaviva d’autre part.
Avant ce concert qui marquera la rentrée grenobloise des Musiciens du Louvre, cette conférence retracera la genèse – ponctuée de péripéties – des Noces de Figaro, opéra bouffe librement inspirée de la pièce Le mariage de Figaro de Beaumarchais. 
Elle présentera aussi (en les jouant) les grands airs de l’œuvre, les différents thèmes qui caractérisent chaque personnage, car Mozart fait de la musique un protagoniste à part entière. 

  Pendant la première guerre mondiale, les annonces continuent....

Mardi 08-10-2019 à 14:30
par Michel Helly

Les annonces ? Bien sûr, c’est la publicité, et, avant la 1ère guerre mondiale, elle est extrêmement présente dans la presse nationale et régionale.
Ainsi, en juillet 1914, dans l’hebdomadaire le plus connu, l’Illustration, le nombre de pages d’annonces et réclames approche celui des pages d’informations, écrites ou illustrées, quand il ne l’égale pas.
Si dans le numéro du 8 août 1914 la quantité d’annonces a très peu baissé- les éditions hebdomadaires étaient normalement composées et paginées au moins une semaine à l’avance ; seul le contenu concernant l’actualité pouvant varier au dernier moment -, le numéro du 15 ne comporte qu’une seule annonce, en dernière page de couverture.
Pour autant, la semaine suivante, cette même page est entièrement consacrée à la publicité, mais il n’y en a pas ailleurs.
Et, progressivement, elle va un peu revenir en grâce : ainsi, l’Illustration paraissant le 26 décembre 1914 comportera 6 pages d’annonces sur 30, présence qui continuera à croître ensuite, bien que forcément limitée par les problèmes économiques des annonceurs et la pénurie de papier.
Bien sûr, au bout de ces cinq mois, la présentation et le contenu de la publicité auront été, et seront par la suite, plus ou moins affectés par le conflit : c’est une partie importante du sujet, dont le traitement sera très largement illustré par des documents d’époque.

  Mes voyages...sur les traces des caravanes de la Route de la Soie (film environ 1h30)

Jeudi 10-10-2019 à 14:30
par Nad Delage

Film environ 1h30, réalisé par Nad DELAGE, voyageuse solitaire, à l’aide de photos prises au cours de ses voyages et de documents recueillis 
Pendant des siècles, les grandes civilisations orientales et occidentales ont été reliées par un réseau de routes caravanières qu'on a appelé : la route de la soie.
Que reste-t-il de toute cette effervescence, de ces échanges, de toutes ces activités commerciales et de ces savoir-faire sur cette route ? Et que sont devenues les idées religieuses qui se diffusaient en même temps que les marchandises ?
Ce film montre les chemins, repris par Nad Delage, qu’avaient parcouru les caravaniers de Xian en Chine jusqu’à la frontière turque, les principaux personnages qui ont marqué l'histoire des lieux, les religions qui se sont inscrites au fil du temps, les peuples et leur histoire tout au long du parcours.

  Sainte Cécile, un couvent de femmes dans son quartier (XVIIe - XXe siècle)

Mardi 15-10-2019 à 14:30
par Jean-Louis Reymond

Les Bernardines réformées installèrent leur maison en 1624, portées par le grand mouvement de la contre-réforme catholique, dans le quartier de la rue Neuve créé par les agrandissements de Lesdiguières. Deux cents religieuses et autant de converses se succédèrent en ce lieu. Le siècle des lumières vit un certain reflux des vocations mais c’est 1789 qui mit un terme à la destination religieuse des bâtiments. D’abord placée sous autorité militaire, la ville de Grenoble récupéra la chapelle en 1896 et lui donna des affectations variées : cinéma, dancing, synagogue. On y a vu le théâtre « Le Rio » avant que les éditions Glénat ne viennent heureusement conclure pour aujourd’hui l’histoire du bâtiment.

  A propos du prix littéraire de l'UIAD, Wilfried N'Sondé "Un océan, 2 mers, 3 continents"

Jeudi 17-10-2019 à 14:30
par Wilfried N'sondé

C’est un roman de voyage entre le Congo, le continent américain et l’Europe. Roman historique et voyage en partie non voulu, basé sur la vie bien réelle de Dom Antonio Manuel, au 17° siècle

  L'homme qui a sauvé Londres (Michel Hollard)

Mardi 05-11-2019 à 14:30
par Agnès Hollard

  Louis Néel et les grands chercheurs grenoblois

Jeudi 07-11-2019 à 14:30
par Gérard Coste

  Le cinéma italien et ses Maîtres

Mardi 12-11-2019 à 14:30
par Gérard Dessere

Une approche généralement convenue est d'examiner l’œuvre des cinéastes d’après guerre qui ont donné à la péninsule italienne son style et son identité. L’extrême diversité du cinéma italien a permis d'opposer le Nord au Sud, la vie urbaine et la vie rurale et les régions à travers les exemples des différents cinéastes et auteurs ainsi que leurs comparses .Certes Antonioni, Fellini, Pasolini, De Sanctis restent des incontournables qui ont fait école et ont œuvré en auteurs préoccupés par l’identité de l'Italie mais aussi en esthètes soucieux de nous présenter un panorama aussi diversifié que possible. Ils ont aussi ajouté une conscience de la compétition générée par la mondialisation, mais également un témoignage de la richesse culturelle des populations et des territoires.
L'intervenant :
Gérard DESSERE enseigne le cinéma à l'université et a donné des conférences en Europe et aux Etats-Unis. IL est diplômé de "UCLA School of Theatre Film and Television", participe à des productions cinématographiques et a publié des ouvrages et des articles dans diverses revues internationales.

  Sommes-nous seuls dans l'Univers ? Réflexions autour du paradoxe de Fermi

Mardi 19-11-2019 à 14:30
par Alain Marmonier

D’Épicure (dans sa lettre à Hérodote) aux mirages martiens de Percival Lowell en passant par les considérations métaphysiques de Giordano Bruno,  l’humanité s’est constamment posé la question du caractère singulier ou non de son existence dans l’Univers. Nous avons aujourd’hui la certitude que des centaines de milliards d’étoiles disposent d’un système extrasolaire hébergeant des planètes telluriques en zone habitable.  La vie a parfaitement pu apparaitre sur un certain nombre de ces corps et évoluer vers une forme intelligente antérieurement ou parallèlement à nous. A l’instar d’Enrico Fermi nous pouvons légitimement nous poser la question : « où sont-ils donc ? » puisque aucun signal de vie extraterrestre supérieure n’a encore été enregistré…
C’est à cette problématique que la présente conférence tentera de répondre à l’aune des progrès scientifiques astrobiologiques les plus récents.
Le conférencier :
Alain Marmonier
Microbiologiste médical et enseignant d’astronomie à l’UIAD

  Le Whisky, d'hier à aujourd'hui

Jeudi 21-11-2019 à 14:30
par Jean-Yves Petitgirard

Toute production humaine s'inscrit dans une histoire et son évolution est nécessairement confrontée à des aléas divers et soumise à de nombreuse contraintes de tous ordres : économique, bien évidemment, politique, culturel, sociétal, religieux, philosophique, etc.  Et le Whisky n'échappe pas à la règle.  Vieux de plus de deux mille ans, on peut s'interroger sur son histoire, sur comment cette boisson alcoolisée est devenue l'une des plus connues et l'une des plus vendues au monde alors qu'il y a 150 ans à peine, elle était quasi inconnue et proche de la disparition.
L'exposé se propose, dans un premier temps, d'explorer le passé afin de mieux éclairer le présent, de balayer les différents moments marquants de l'histoire des autres alcools historiques.  Nous nous intéresserons aux différentes variantes, puis nous nous attarderons sur la situation actuelle en présentant les différents acteurs, les différents types et marques, ainsi que des pistes pour une appropriation facilitée.

  Comment la révolution digitale et numérique bouleverse les modèles économiques de la presse

Mardi 26-11-2019 à 14:30
par Jean-Pierre Souchon

  L’arthrose dans tous ses états

Mardi 03-12-2019 à 14:30
par Laurent Grange

  Histoire du village de Saint Martin d'Hères. La résidence des évêques et le Bon Pasteur

Jeudi 05-12-2019 à 14:30
par Rodolphe Wilhelm

Conférence-projection : Le Village de St Martin-d'Hères : la résidence des évêques et le Couvent des Minimes de la Plaine.
Nous débutons notre exposé par l'histoire de la vie d'autrefois du vieux village de St Martin d'Hères, qui fut créé, au départ, par quelques maisons et une modeste chapelle accrochée aux contreforts de la colline du Mûrier, avec vue sur l'immense plaine qui s'étend jusqu'aux murailles de la ville de Grenoble.
C'est dans cette plaine, propriété de l'évêché de Grenoble, où le ruisseau de la Mogne séparait les terres du diocèse de Grenoble et celles de la Seigneurie de Gières, dans un contexte de rivalité féodale, que l'évêque Siffrey Allemand fit construire en 1227, un château fort afin d'asseoir ses prétentions seigneuriales à St Martin d'Hères. Ce château fut transformé au XVIe siècle en une luxueuse résidence d'été des évêques (actuellement le Bon Pasteur).
Tout proche de ce château, en 1496, l'oncle de Bayard, Laurent Allemand fit construire le couvent des Minimes de la Plaine qui, à lui seul, a toute une histoire que je vous conterai.

  Brainprint : une nouvelle technologie pour explorer le cerveau inaccessible : de la thérapie des tumeurs vers une nouvelle médecine préventive environnementale.

Mardi 10-12-2019 à 14:30
par François Berger

De la thérapie des tumeurs vers une nouvelle médecine préventive environnementale.

Le conférencier :
François Berger est neurologue professeur de biologie cellulaire et de cancérologie, il dirige le laboratoire braintechlab. Cette unité inserm développe des technologies innovantes pour mieux comprendre, diagnostiquer et traiter les pathologies neurologiques.

  La prévention de la délinquance et de la radicalisation

Mardi 17-12-2019 à 14:30
par Aline Blanc-Tailleur

  La magie du verre », son histoire, sa composition, ses applications

Jeudi 19-12-2019 à 14:30
par Hélène Hugonot

La conférence retracera l’histoire du verre, de quoi il est composé, ses utilisations de l’antiquité à de nos jours.

  Eaux de vie et liqueurs de notre région (en lien avec l'exposition au Musée Dauphinois : l'ivresse des sommets)

Mardi 07-01-2020 à 14:30
par Chantal Spillemaecker

S’inscrivant dans un cycle autour de la mise en valeur du patrimoine industriel, le Musée dauphinois présente une nouvelle exposition. Elle investit le champ de la production et de la consommation des spiritueux, qui ont été créés durant plus de trois siècles en Dauphiné et en Savoie.  
Chartreuse, génépi, absinthe, gentiane et tant d’autres, sont des alcools emblématiques des Alpes, dont la renommée dépasse largement nos frontières. Ils résultent d’une alchimie de la flore de montagne et des savoirs ethnobotaniques ancestraux ainsi que des innovations technologiques de la distillation. Les modes de production constituent un patrimoine bien vivant puisqu’aujourd’hui, relancées par le tourisme hivernal, les distilleries constituent l’un des fleurons de l’économie régionale. 
Grâce aux collections rassemblées et à l’implication d’entreprises conservant la mémoire de leurs fabrications, l’exposition approfondit la connaissance de breuvages aux noms évocateurs et montre les mutations des comportements générationnels vis à vis de l’alcool, entre tolérance et santé publique. 
La conférencière :
Conservateur en chef du Patrimoine au Musée dauphinois jusqu’en 2017, elle est commissaire d’un grand nombre d’expositions et a dirigé quantité de publications sur le patrimoine régional.Egalement directrice du Musée Hector-Berlioz jusqu’en 2015, elle a conduit la réhabilitation de la maison natale du compositeur et conçu une programmation culturelle renouvelée chaque année. Aujourd’hui elle prépare une nouvelle exposition « L’ivresse des sommets. Eaux-de-vie, liqueurs et autres breuvages des Alpes » qui sera présentée au Musée dauphinois à partir du printemps prochain, accompagnée d’un ouvrage;

  Les débuts de la photographie : entre usages scientifiques, aspirations artistiques et pratiques amateurs

Mardi 14-01-2020 à 14:30
par Benjamin Bardinet

  Table ronde sur les transformations culturelles et la France des valeurs

Jeudi 16-01-2020 à 14:30
par Pierre Bréchon

  Ces horloges qui rythment le vivant

Mardi 21-01-2020 à 14:30
par Dominique Aubert-Marson

En 2017, le prix Nobel de médecine a été décerné à trois chercheurs pour leurs travaux sur le contrôle des rythmes circadiens. La lumière, en dehors de la photosynthèse, a de nombreux effets sur les plantes ainsi que sur les animaux. L’alternance jour/nuit, la variation de la durée du jour au cours de l’année engendrent des comportements périodiques : 
L’ouverture et la fermeture des feuilles et des fleurs, la floraison, les cycles veille/sommeil, la sécrétion d’hormones (cortisol, mélatonine…), la reproduction, l’hibernation… Ces rythmes font partie des propriétés fondamentales et sont retrouvés des bactéries à l’homme.
Des horloges biologiques sophistiquées (centrale dans le cerveau et périphériques dans les organes) commandent ces rythmes et permettent une meilleure adaptation au contexte environnemental. La lumière synchronise chaque jour ces différentes horloges. La désynchronisation de l’horloge centrale provoque des troubles physiologiques dont les effets peuvent être sévères (dépression, obésité, diabète, troubles du sommeil). La chronothérapie consiste à administrer un traitement au moment où son efficacité est maximum et ses effets secondaires moindres (chimiothérapie des cancers).

  Du géocentrisme à l’héliocentrisme – 2000 ans d’histoire de l’astronomie

Mardi 28-01-2020 à 14:30
par Bernard Silvestre Brac

Dans cette conférence, je vais raconter l’histoire de 2 000 ans d’astronomie. 2 000 ans : c’est le temps qu’il a fallu pour que l’humanité passe, pour comprendre la structure de l’Univers, d’une vision de type géocentrique, où la terre occupe la place centrale, à une vision de type héliocentrique, où c’est le soleil qui tient cette place.
Bien sûr, il y a eu beaucoup d’à-coups pour parvenir à la vision que l’on a de nos jours. Je dirai quelques mots des premières visions du cosmos dans les civilisations anciennes de Mésopotamie, d’Egypte et de Chine. Mais la civilisation qui a porté l’astronomie au plus haut degré de connaissance est sans conteste la civilisation grecque. Il y a eu de nombreuses variantes entre la théorie initiale au VIe siècle avant J-C jusqu’à la théorie la plus aboutie de Ptolémée au IIe siècle. Je passerai en revue les différentes interprétations de la connaissance cosmologique de l’époque.
La vision moderne du système solaire a émergé à la renaissance avec la théorie héliocentrique de Copernic. Cette théorie a été largement améliorée par Kepler qui découvre les lois de la mécanique céleste; avec Kepler on sait désormais comment tournent les planètes. Plus tard Newton expose la loi de la gravitation universelle; avec Newton on sait à présent pourquoi les astres tournent ainsi. La mécanique céleste est à présent une science aboutie capable de toutes les prévisions concernant le mouvement des astres.
Dans cette conférence, je ne vais pas entrer dans le détail de toutes les hypothèses qui ont été émises; je me bornerai simplement à évoquer les étapes et les acteurs les plus marquants de cette longue quête.
Le conférencier :
Bernard Silvestre-Brac a fait des études de physique à l’Université Joseph Fourier de Grenoble. Parmi ses professeurs de l’époque, des personnes bien connues de l’UIAD, comme Michel Soutif et Jean-Pierre Longequeue. C’est le professeur Jean Yoccoz qui l’a intégré dans le laboratoire qu’il dirigeait à l’époque, l’ISN, Institut des Sciences Nucléaires. Il a fait toute sa carrière comme chercheur au CNRS, mais a donné aussi beaucoup d’heures d’enseignement à l’UJF dans divers domaines de la physique. Il a commencé sa carrière en physique nucléaire théorique et s’est ensuite plutôt intéressé à la physique des particules élémentaires et a élaboré des théories pour la description de celles-ci en termes de quarks et de gluons. Il s’est beaucoup investi dans la vulgarisation des théories scientifiques modernes. 

  Les Restaurants du Cœur n’existent que par le bénévolat

Jeudi 30-01-2020 à 14:30
par Brigitte Cotte

Aux travers d'une immersion d’un bénévole dans un centre de l'agglomération grenobloise des Restos du Cœur, nous expliquerons comment l'association s'adapte aux nouveaux besoins et aux nouveaux usages des personnes accueillies afin de leur apporter des solutions concrètes pour s'en sortir.
Brigitte Cotte sera accompagnée de Francois Sauterey Responsable Ressources Bénévoles pour le département de l’Isère.
La conférencière :
Brigitte a rejoint les Restos du cœur en 2010. Après avoir été responsable du centre de distribution et accueil de jour de Grenoble Chorier de 2011 à 2014, elle assure aujourd’hui la présidence des Restos du Cœur de l’Isère. 

  Le Tango : en lien avec un concert des Musiciens du Louvre

Mardi 04-02-2020 à 14:30
par Musiciens Du Louvre

  Le bruit dans la ville : quelles nuisances ? Comment les réduire ?

Mardi 11-02-2020 à 14:30
par William Meunier

  Les Etrusques

Jeudi 13-02-2020 à 14:30
par Loredana Gritti

  Les perturbateurs endocriniens

Mardi 18-02-2020 à 14:30
par Remy Slama